Press enter to begin your search
Suivez-nous sur  : facebook-logo-rond-s   twitter

Mars 2020 : mois du sommeil

France Insomnie / Actualités  / Mars 2020 : mois du sommeil

Mars 2020 : mois du sommeil

« À chacun son sommeil« , tel est le nom de la troisième campagne nationale de communication lancée par le laboratoire PiLeJe avec le soutien de France Insomnie.

L’objectif de cette campagne est double : informer le grand public sur les conséquences des troubles du sommeil et le sensibiliser à une prise en charge individualisée.

Mars 2020 sera le mois du sommeil en ligne puisque cette campagne se déroule du 1er au 31 mars avec un large panel de contenus riches et interactifs, animés par des professionnels de santé, ainsi que de nombreux rendez-vous en ligne à retrouver sur www.achacunsonsommeil.fr.

Une personne sur trois déclare souffrir d’au moins un trouble du sommeil. Insomnie et malaise diurne associés, difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, apnée du sommeil… Il n’existe pas un trouble, mais plusieurs troubles du sommeil. Parmi les facteurs à l’origine de ces troubles : le stress. Omniprésent dans la société, celui-ci a des répercussions directes sur le sommeil. Marché du travail incertain, difficultés financières, problèmes familiaux. Plus récemment : risques d’attentats, mouvements sociaux… toutes ces situations peuvent être une véritable source de stress. Neuf Français sur dix se sentent stressés. De plus, quatre Français sur dix estiment que le stress a augmenté depuis plusieurs années.

Or un sommeil malmené peut avoir de nombreuses conséquences sur la santé mentale et physique (dépression, prise de poids, fatigue, etc.) ainsi que sur la vie sociale et professionnelle (baisse de concentration, de productivité et d’attention, irritabilité…). Le besoin de sommeil étant propre à chacun, il existe aujourd’hui différentes prises en charge des troubles du sommeil : mesures hygiéno-diététiques, allopathie, thérapies ciblées, etc. Pourtant, la consommation de benzodiazépine en France reste importante (2e au rang européen). Si ces molécules ont un intérêt pour traiter les troubles sévères, leur consommation s’étend parfois sur plusieurs mois voire années entraînant des effets délétères pour la santé : trouble de la mémoire, accident, dépendance…

© À chacun son sommeil

No Comments

Post a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.